Je dénonce Hollande ! : Et l'adoption en pratique ?
 


  Accueil
 
   A propos …
   Le Normal Dico
   Premiers pas du Président Normal
   Hollande le comique


  Articles récents
 
   Leçon des Masaï aux socialistes
   L'horreur du Gender
   Les meilleures familles !
   Combien ça coûte ?
   Où s'achètent les enfants


  Mariage LGBT
 
   ABCD de l'égalité
   Théorie du genre et Ligne Azur
   Homophiles cathophobes ?
   Propagande du comptage
   Et l'adoption en pratique ?
   Bravo Monsieur le Député !
   Auditions organisées au Sénat
   Enfants en mal de parents
   Le CESE dit non aux 700.000 signataires !
   Sylviane Agacinsky contre Jack Lang
   Pourquoi ce désir de mimétisme ?
   Monsieur le Sénateur Michel
   Au pays de Descartes
   Mariage pour tous ? Vraiment ?
   Guigou contre le mariage homo


  Dette
 
   La cigale et la fourmi
 
 
 
 

Et l'adoption en pratique pour les enfants ?


   Publié le 18/03/2013 22:13:46 par Stanley Baraka


  Le chapitre 2 du projet de loi traite du volet adoption pour les couples homos, c’est-à-dire de l'acte 1 de la déstructuration de la filiation. Ce cheval de troie permettra à terme aux couples homos et non homos, au nom de l'égalité d'obtenir la PMA et la GPA pour tous. Taubira s'est prononcée pour la PMA et le Sénateur JP Michel pour la GPA pour tous ...

Concernant précisement l'adoption, le Sénat a indiqué qu'il sera nécessaire de faire une réforme globale de l'adoption. Il semble en effet que ce que l'assemblée nationale propose ne tienne pas la route !

Concrètement, quels serons les cas de figure qui seront soumis par les couples homos ?

1. Adoption conjointe d'une pupille de la nation ou d'un enfant à l'étranger

Ce mode d'adoption est improbable. Les enfants disponibles pour les français souhaitant adopter est en perpétuelle baisse. De nombreux pays interdisent que des couples homosexuels adoptent leurs enfants. Certains demandent des certificats de non homosexualité. L'Etat français lui-même recherchant l'intérêt supérieur de l'enfant proposera probablement les enfants à des couples homme-femme.

Ce mode d'adoption ne sera donc pas ouvert en pratique aux homosexuels et ils ne le recherchent pas d'ailleurs.

En revanche ce projet de loi aura un impact probablement négatif sur les couples homme-femme français cherchant à adopter. Nous pensons à la Russie qui fait partie des 3 pays proposant encore des enfants à l'adoption à la France. Selon Konstantin Dolgov, le représentant pour les droits de l'homme du ministère russe des Affaires étrangères, la reconnaissance du mariage homosexuel en France et en Grande-Bretagne réduit les chances pour les Français et les Britanniques d'adopter des enfants russes. "Les Parlements britannique et français ont légalisé le mariage homosexuel. Cela réduit les possibilités pour les citoyens de ces pays d'adopter des enfants russes", a écrit sur son compte Twitter Konstantin Dolgov.

2. Adoption par le 2ème conjoint de l'enfant du premier, issu d'une relation naturelle préalable

Le projet de loi ouvre le droit à l'adoption plénière et simple. Prenons le cas d'un couple de lesbienne, dont l'une est la mère d'un enfant qu'elle a eu avec un homme encore vivant et qui est … le père.

L'adoption plénière signifie que le père renonce à sa parenté (non pas son autorité parentale, mais son statut de père!). Combien de pères dont les anciennes compagnes ou femmes sont devenues lesbiennes l'accepteront ?

L'adoption simple signifie que l'enfant aura 3 parents : sa mère, son père et sa deuxième mère mais qui n'aura aucun lien biologique avec elle. Comment l'enfant verra cette deuxième femme ? Pensez-vous un seul instant qu'il l'appelera spontanément "maman" ?

3. Adoption par le 2ème conjoint de l'enfant du premier, issu d'une procréation illégale, en France ou à l'étranger ("bébés Thalys")

C'est ce mode d'adoption que revendiquent le plus les homos actuellement. Ils ont conçus en France (hors cadre médical) ou à l'étranger (dans un pays ayant légalisé la PMA et la GPA) un enfant. Reprenons notre couple de lesbiennes. Cet enfant est le fils de la première, pas de la seconde.

Ce que propose le gouvernement est :
1/ De reconnaître de fait la pratique de la PMA à l'étranger ou en France
2/ De laisser penser que la 2ème femme est autant mère que la première dans le cas d'une adoption plénière

Concernant ce deuxième point, il est en effet probable que le souhait de ce couple de femme sera une adoption "égale" c’est-à-dire plénière.

Quel statut le gouvernement va-t-il donner au père (que les lesbiennes appelerons plutôt simple "géniteur" ou "donneur") ? S'il n'a aucun statut, comment l'enfant pourra accéder à sa généalogie réelle lorsqu'il le souhaitera ? Comment le législateur garantira que ce couple de lesbiennes ne ment pas aux enfants et garantira que l'enfant aura accès à la vérité de sa conception, c’est-à-dire qu'il a un père inconnu ?

Pour le cas des hommes, qui seront probablement moins nombreux, les situations sont encore plus complexes … Deux hommes et deux femmes sont impliquées dans le projet de l'enfant. Si les deux hommes sont stériles, l'enfant pourrait être concerné par 5 adultes …

Conclusion

Ces cas de figures exposés, peut-on penser un instant aux enfants ? Et si on leur demandait leur avis (faites le, vous verrez vite leur réponse!) ? Ne trouvent-ils pas ce projet conçu entre adultes tiré par les cheveux ?

Seule la loi naturelle est compréhensible et acceptable : un enfant nait d'un homme (mâle) et d'une femme (femelle).

Oui à la filiation biologique et naturelle !
Non à la filiation artificielle délibérée et au mensonge aux enfants !

Des doutes ? Ecoutez les adoptés :
























  Adoption plénière  |  Adoption simple  |